B.B. King

B.B. King



Riley B. King, connu sous le nom de B. B. King (pour Blues Boy) est un guitariste, compositeur et chanteur de blues américain. Il est considéré comme l'un des meilleurs et des plus respectés musiciens de blues.

Issu de parents fermiers, Albert et Nora Ella King, Riley B. King naît le 16 septembre 1925 à Itta Bene, près d'Indianola, dans le delta du Mississippi.
Alors que Riley n'a que quatre ans, son père quitte le foyer. Sa mère part alors vivre avec un autre homme à l'est du Delta. Mais, ne pouvant assumer l'éducation de Riley, elle le confie régulièrement à sa grand-mère, Elnora Farr, qui habite près de Kilmicheal. Les deux femmes étant très croyantes, Riley suit chaque dimanche la messe du père Archie Fair qui joue de la guitare pendant l'office. Riley, fasciné, trouve là sa première influence musicale. En 1935, la mère de Riley meurt, alors qu'il n'a que 9 ans. Il vivra chez sa grand mère jusqu'à ce qu'elle décède en 1940. Malgré tout, il continue à habiter la cabane de sa grand mère et et à cultiver le coton. Mais la récolte est insuffisante, et à l'automne 1940, il part vivre deux ans à Lexington, chez son père, avant de revenir à Kilmicheal, à l'âge de 16 ans, pour continuer à chanter dans son groupe de gospel. Riley travaille comme paysan et s'achète avec son premier salaire (2,50$) sa première guitare.

En 1943, il part pour Indianola en quête d'un meilleur travail, avec le projet au fond de lui même de créer un meilleur groupe de chant. Riley travaille dans la plantation de Johnson Barrett, où il conduit un tracteur. Parallèlement, il chante dans un nouveau groupe: "The Famous St. John's Gospel Singers" qui, comme son nom l'indique, chante principalement dans les églises, et dans lequel Riley joue souvent de la guitare.
A cette même époque, Riley joue aussi du blues le samedi soir au coin des rues d'Indianola; blues qu'il avait appris auprès de son cousin Bukka White, un bluesman de Memphis. En homme avisé, Riley remarque qu'en utilisant son salaire quotidien pour voyager à travers les autres villes du Delta, il pourrait doubler voir tripler son argent en jouant du blues. Ses profits et ses contacts avec d'autres bluesmen du Delta l'éloignent ainsi musicalement du gospel. En 1944, alors qu'il est appelé à faire son service militaire, Johnson Barrett, non désireux de perdre un conducteur de tracteur expérimenté, lui suggère de se marier afin d'être exempté. Et c'est ainsi que Riley épouse sa première femme, Martha Denton, le 11 novembre 1944. Riley cherche aussi à convaicre son groupe de gospel de quitter Indianola à la recherche de la gloire et de la fortune. Mais, il lui apparaît bientôt que s'il veut faire carrière dans la musique, il devra le faire seul. La décision tombe une nuit de mai 1946 en revenant des champs avec son tracteur. Il quitte incognito son travail et sa femme et; avec 2,50$ en poche, fait de l'auto-stop avec sa guitare jusqu'à à Memphis, à la recherche de son cousin Bukka White.

Bukka lui enseignera tout l'art du blues. Riley améliore son jeu et profite de sessions improvisées avec d'autres bluesmen rencontrés à Memphis. Puis, subitement, il prend conscience que sa carière musicale ne va nulle part. En 1947, il retourne travailler sur les terres de Johnson Barrett. A la fin de la saison 1948, il a gagné assez d'argent pour payer toutes ses dettes, en conduisant un tracteur et en joueant de la guitare au coin des rues. Cette fois, bien déterminé à réussir dans la musique, il revient à Memphis et demande à Sonny Boy Williamson qui anime une émission de blues à la radio KWEM s'il peut jouer une chanson dans son émission. Le succès est immédiat: la station est submergée d'appels, ce qui lui permet de jouer en concert face à un public au "Miss Annie's Saloon". Puis B.B. tente sa chance auprès de WDIA, une des premières radios où tout le personnel est noir. Là encore, Riley demande s'il peut enregistrer un disque. Surpris par cette demande, le patron de la radio a l'idée de le faire jouer dans un spot publicitaire de 10 min pour le soda Pepticon: "King's Spot". Riley a carte blanche tant qu'il fait de la bonne publicité. Le succès est encore au rendez-vous et on le surnomme déjà "Pepticon boy". Grâce à sa popularité, la station radio le promeut DJ. Riley a désormais sa propre émission: "The Sepia Swing Club" où il passe des disques d'artistes noirs, joue de la guitare et chante selon les demandes des auditeurs. Il ne lui manque plus qu'on surnom accrocheur: "Beale Street Blues Boy," puis "Blues Boy King," pour finalement le raccourcir en "B.B. King."



La popularité grandissante de B.B. l'amène rapidement à enregistrer ses premiers disques dès 1949, comme B.B. Boogie. B.B. est déjà populaire aux alentours de Memphis et se donne régulièrement en concert. Malheureusement, il reste inconnu dans le reste du pays. C'est pourquoi, il se dote d'un manager, Robert Henry, un riche commerçant de Beale Street. En 1949, tandis que B.B. joue sur scène dans l'Arkansas, une bagarre éclate entre deux hommes qui renversent un bidon de kérosène, mettant ainsi le feu à la salle. B.B. en se précipitant en dehors de la salle se rend compte qu'il a oublié sa guitare à l'intérieur et court la récupérer de justesse. Lorsqu'il apprendra plus tard que la bagarre était au sujet d'une femme, Lucille, il décidera d'appeler ainsi sa guitare et toutes celles qui suivront.

En 1952 B.B se classe N°1 des charts avec ''Three O'Clock Blues'' et reçoit enfin la reconnaissance nationale en tant que bluesman. Il décroche un contrat avec Universal Artists qui lui permet de jouer dans tous les Etats-Unis, y compris dans les salles les plus prestigieuses. Mais le succès fulgurant a aussi un revers de la médaille, et la même année, sa femme demande le divorce. Bien que brisé, B.B écrira ''Woke Up This Morning''. A cette même époque, B.B. engage aussi un nouveau manager: Maurice Merrit.

Dans les années 1950, B. B. King devient un des plus importants acteurs de la musique R&B, avec des succès tels que ''You Know I Love You'', ''Woke Up This Morning'', ''Please Love Me'', ''When My Heart Beats Like a Hammer'', ''Whole Lotta Love'', ''You Upset Me Baby'', ''Every Day I Have the Blues'', ''Sneakin' Around'', ''Ten Long Years'', ''Bad Luck'', ''Sweet Little Angel'', ''On My Word of Honor'' et ''Please Accept My Love''.

En 1958, "Big Red", le bus de B.B et son groupe, utilisé pour les tournées, heurte un camion-citerne qui prend feu. Par miracle, personne dans le bus n'est blessé, ni les musiciens, ni B.B. absent du voyage ce jour-là, mais les deux hommes du camion meurent dans le crash. Cet accident occasionnera plusieurs années de dette. B.B. achète un nouveau bus qui marque une transition dans sa carrière. A force de persévérance, il est désormais reconnu comme artiste majeur, et il épouse sa seconde femme, Sue Hall, le 4 juin 1958. Malheureusement, comme pour son premier marriage, ses absences prolongées amènent rapidement la rupture. B.B. et Sue divorcent en 1966.


En 1962, B.B. King signe avec ABC-Paramount Records. En novembre 1964, il enregistre son album live le plus connu Live at the Regal, au Regal Theater de Chicago (Illinois). En 1967, B.B. joue au célèbre Festival Jazz de Montreux. B. B. King trouve le succès hors du monde du blues avec le titre The Thrill is gone, en 1969. Il repart en tournée dans des boîtes de jazz ou des salles de concerts telles que le Fillmore East. En 1969, il fait même sa première apparition à la télévision dans le "Tonight Show". Il est également reconnu par le monde de la musique rock grâce à la première partie des Rolling Stones pendant leur tournée américaine de 1969. Enfin, il participe en 1970 au "Ed Sullivan Show", véritable signe de célébrité aux USA. 1973 le voit maître de cérémonie d'une soirée tenue au Philharmonic Hall à New York rassemblant de nombreux maîtres du blues dont Muddy Waters. B.B. s'accompagne d'un nouveau manager, Sidney A. Seidenberg, qui va renégocier ses anciens contrats. Et malgré une courte séparation, Seidenberg travaille toujours aujourd'hui pour B.B.


De 1951 à 1985, B.B. King est apparu 74 fois au Billboard's R&B charts. Les années 80 et 90 voient B.B se produire aux quatre coins du monde et recevoir maintes récompenses pour contribution au monde du blues et du rock.

 
Bien plus que marcher sur la voie de son idole T-Bone Walker, B.B. King a su créer son propre son grâce à un toucher inimitable semblant donner une réelle personnalité à sa guitare.

Avec Eric Clapton en 1999

En 1988, il touche une nouvelle génération avec le titre ''When Love Comes To Town'', avec le groupe U2 sur leur album Rattle and Hum. En 2000, B. B. King enregistre avec Eric Clapton l'album Riding With the King.


Âgé alors de 80 ans, B.B. King entama sa tournée européenne d'adieux par un concert à la Hallam Arena (Sheffield, Royaume Uni) le 29 mars 2006, accompagné de Gary Moore, avec qui B.B. avait déjà enregistré, notamment "Since I Met You Baby" et organisé des tournées. Le volet britannique de cette tournée s'acheva avec un concert le 4 avril à l'Arena de Wembley.


En juillet, B.B. revint ensuite sur le continent européen faire ses adieux à la Suisse, en jouant deux fois (2 et 3 juillet) à l'occasion de la 40e édition du fameux Montreux Jazz Festival ainsi qu'à Zurich le 14 juillet, au Blues at Sunset. Lors du festival de Montreux il se produisit sur la scène de l'auditorium Stravinski en compagnie de Joe Sample, Randy Crawford, David Sanborn, Gladys Knight, Lella James, Earl Thomas, Stanley Clarke, John McLaughlin, Barbara Hendricks et George Duke. La tournée européenne prit fin le 19 septembre 2006 au Luxembourg (D'Coque). Il apparait au côté de Clapton et bien d'autres lors des deux Guitar Festival ''Crossroads'' en 2004 et 2007.

B.B. King s'est produit de nombreuses fois à Montréal dans le cadre du festival de Jazz entre autres.

À l'occasion d'une conférence de presse le 29 novembre 2006 à São Paulo, un journaliste demanda à B.B. King si c'était sa dernière tournée d'adieux. Sa réponse fut : « un de mes acteurs préférés est écossais, il s'appelle Sean Connery. La plupart d'entre vous le connaissent dans son rôle de James Bond, 007. Un de ses films s'appelle Never Say Never Again ».



En plus de 50 albums,
il a obtenu plusieurs Grammy Award du Meilleur disque de Blues traditionnel. Il reçoit entre autre la prestigieuse "Presidential Medal of the Arts" par le président Bush en 1990. En 2003 Rolling Stone l'a classé 3e meilleur guitariste de tous les temps., B.B. a su s'imposer comme une référence du blues. Celui qui s'entraînait à ses débuts à imiter son idole T-Bone Walker a créé son propre style, mélange de chant vocal et instrumental, simple et pourtant terriblement efficace. Ses dernières prestations, d'ailleurs, tant avec des stars du blues qu'avec des grands noms du rock, l'ont sacré roi du blues et de la musique en général. Car B.B. King aura inspiré bon nombre de guitaristes par ses phrasés jazzy et ses improvisations avec Lucille. Longue vie au roi!

Il est élu au panthéon du rock en 1987

''Rock Me Baby'' live au Apollo avec Eric Clapton en 1993



Chansons essentielles

1949

"Miss Martha King"

1949

"Got the Blues"

1950

"Mistreated Woman"

"The Other Night Blues"

"I Am"

"My Baby's Gone"

1951

"B. B. Blues"

"She's a Mean Woman"

"Three O'Clock Blues"

1952

"Fine-Looking Woman"

"Shake It Up and Go"

"Someday, Somewhere"

"You Didn't Want Me"

"Story from My Heart and Soul"

1953

"Woke Up this Morning with a Bellyache"

"Please Love Me"

"Neighborhood Affair"

"Why Did You Leave Me"

"Praying to the Lord"

1954

"Love Me Baby"

"Everything I Do Is Wrong"

"When My Heart Beats Like a Hammer"

"You Upset Me Baby"

1955

"Sneaking Around"

"Every Day I Have the Blues"

"Lonely and Blue"

"Shut Your Mouth"

"Talkin' the Blues"

"What Can I Do (Just Sing the Blues)"

"Ten Long Years"

1956

"I'm Cracking Up Over You"

"Crying Won't Help You"

"Did You Ever Love a Woman?"

"Dark Is the Night, Pts. I & II"

"Sweet Little Angel"

"Bad Luck"

"On My Word of Honor"

1957

"Early in the Morning"

"How Do I Love You"

"I Want to Get Married"

"Troubles, Troubles, Troubles"

"(I'm Gonna) Quit My Baby"

"Be Careful with a Fool"

"The Keyblade to My Kingdom"

1958

"Why Do Everything Happen to Me"

"Don't Look Now, But You Got the Blues"

"Please Accept My Love"

"You've Been an Angel"

"The Fool"

1959

"A Lonely Lover's Plea"

"Time to Say Goodbye"

"Sugar Mama"

1960

"Sweet Sixteen, Pt. I"

"You Done Lost Your Good Thing"

"Things Are Not the Same"

"Bad Luck Soul"

"Hold That Train"

1961

"Someday baby"

"Peace of Mind"

"Bad Case of Love"

1962

"Lonely"

"I'm Gonna Sit Till You Give In"

"Down Now"

1963

"The Road I Travel"

"The Letter"

"Precious Lord"

1964

"How Blue Can You Get"

"You're Gonna Miss Me"

"Beautician Blues"

"Help the Poor"

"The Worst Thing in My Life"

"Rockabye Baby"

"The Hurt"

"Never Trust a Woman"

"Please Send Me Someone Love"

"Night Owl"

1965

"I Need You"

"All Over Again"

"I'd Rather Drink Muddy Water"

"Blue Shadows"

"Just a Dream"

"You're Still a Parallelogram"

"Broken Promise"

1966

"Eyesight To the Blind"

"Five Long Years"

"Ain’t Nobody Business"

"Don't Answer the Door, Pt. I"

"I Say in the Mood"

"Waitin' for You"

1967

"Blues Stay Away"

"The Jungle"

"Growing Old"

1968

"Blues for Me"

"I Don't Want You Cuttin' Off Your Hair"

"Shoutin' the Blues"

"Paying the Cost to Be the Boss"

"I'm Gonna Do What They Do to Me"

"The B. B. Jones"

"You Put It on Me"

"The Woman I Love"

1969

"Get Myself Somebody"

"I Want You So Bad"

"Get Off My Back Woman"

"Why I Sing the Blues"

"Just a Little Love"

"I Want You So Bad"

"The Thrill Is Gone"

1970

"So Excited"

"Hummingbird"

"Worried Life"

"Ask Me No Questions"

"Chains and Things"

1971

"Nobody Loves Me But My Mother"

"Help the Poor" (re-recording)

"Ghetto Woman"

"The Evil Child"

1972

"Sweet Sixteen" (re-recording)

"I Got Some Help I Don't Need"

"Ain't Nobody Home"

"Guess Who"

1973

"To Know You Is to Love You"

1974

"I Like to Live the Love"

"Who Are You"

"Philadelphia"

1975

"My Song"

"Friends"

1976

"Let the Good Times Roll"

1977

"Slow and Easy"

1978

"Never Make a Move Too Soon"

"I Just Can't Leave Your Love Alone"

1979

"Better Not Look Down"

1981

"There Must Be a Better World Somewhere"

1985

"Into the Night"

"Big Boss Man"

1988

"When Love Comes to Town" (avec U2)

1992

"The Blues Come Over Me"

"Since I Met You Baby"

2000

"Riding with the King" (avec Eric Clapton)


Albums recommandés

B.B. King - The Blues 1960 B.B. King - A Heart Full of Blues 1962 B.B. King - Live at the Regal 1965 B.B. King - Blues on Top of Blues 1968
B.B. King - Completely Well 1969 B.B. King - Live in Cook County Jail 1971 B.B. King - Let the Good Times Roll : The Music of Louis Jordan 1999 B.B. King & Eric Clapton - Riding with the King 2000
B.B. King - The Best of B.B. King 1973 B.B. King - Do the Boogie! B.B. King's Early 50's Classics 1988 B.B. King - King of the Blues (Box Set) 1992 B.B. King - Anthology 2000

Les genres en relation avec B.B. King

 
Recherche personnalisée
Publicité
 
 

 
Avant le 7 avril 2010 6287 Visiteurs! Au total: 182174 visiteurs (362109 hits)
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=